Merci pour cette édition anniversaire ! Vous avez été plus de 20 000 visiteurs à venir au salon.  

Menu

La Maison Mugler


Pour cette édition anniversaire, la frémaa a choisi de rendre hommage à un illustre strasbourgeois et génie de la mode, Manfred Thierry Mugler, décédé en janvier 2022 après une vie passée à exceller dans le stylisme, la couture, mais aussi la mise en scène et la photographie. Le célèbre couturier, grand amoureux des métiers d’art, était connu pour son audace et son imaginaire singulier qui ont révolutionné la mode, la haute couture et le parfum.
Pour l’occasion, les archives de la Maison Mugler mettront à disposition de résonance[s] un ensemble d’oeuvres originales du créateur pour une exposition unique et époustouflante.

Mugler Archives ©Patrice Stable

Mugler Archives ©Patrice Stable

 

Manfred Thierry MUGLER ©Dominique Issermann

Retour sur le parcours de Manfred Thierry Mugler

La Maison Mugler a été créée par le créateur visionnaire Manfred Thierry Mugler, passionné par toutes les expressions de la féminité qui a insufflé à la marque son éternelle fantaisie. MUGLER oeuvre à participer à un nouveau luxe, audacieux et pérenne, à la croisée des innovations, mêlant savoir-faire artisanal et techniques de pointe.

L’héritage de Manfred Thierry Mugler est foisonnant. Les étoiles, celles qu’il admire dans le ciel bleu d’Alsace ou celles d’Hollywood, plus lointaines, qu’il découvre sur les écrans des salles obscures, les comic books et leur univers futuriste et l’architecture gothique de la cathédrale de Strasbourg sont autant de sources d’inspiration pour lui, riches et fascinantes.

Plus tard, quand il est temps de se choisir un destin, Thierry Mugler se tourne vers la danse. Rigueur, discipline, travail du corps, port de tête : les ingrédients de sa mode sont là en germe. En parallèle, il suit un cursus d’architecture intérieure à l’École des Beaux-Arts de Strasbourg. Les images et les souvenirs de ses rêveries d’enfant deviendront les obsessions du jeune créateur Thierry Mugler.

Thierry Mugler s’élance à la conquête de la capitale avec panache et talent. Il orchestre chacune de ses apparitions publiques, dans des tenues si originales qu’il est impossible de ne pas le remarquer.

C’est là qu’il imagine ses premières silhouettes. Pour les autres d’abord. Puis pour lui : en 1974 il lance Café de Paris, sa première collection de prêt-à-porter. Avec elle, il prend l’époque de court : alors que la mode est aux hippies, Thierry Mugler imagine des tailleurs sévères, à la taille cintrée et aux maxi-épaules pour une silhouette de maitresse-femme rigide, inspirée des égéries hollywoodiennes qu’il affectionne tant. Le succès est immédiat.

Le créateur veut aller plus loin, décliner son univers à l’infini. Il rêve d’un parfum unique, jamais vu, jamais senti. Il sort son premier parfum en 1992 avec l’ambré gourmand Angel.

Il a aussi le sens du spectacle. Dans ses défilés et dans ses campagnes, sa mode fait le show, elle est exponentielle. C’est d’ailleurs pour la scène qu’il quitte définitivement la mode en 2003. En tant que metteur en scène, il collabore avec Le Cirque du Soleil et Beyoncé pour ne citer qu’eux. Puis il donne vie à ses propres fantasmes et obsessions avec Les Mugler Follies, à Paris, et The Wyld, à Berlin. Plus que jamais, il met en scène l’extraordinaire, son extraordinaire.

« Ma mesure, c’est la démesure »

Manfred Thierry Mugler

L’artiste s’intéresse de près à l’architecture. Sa vision anatomique du corps, héritée de sa pratique de la danse, en témoigne : elle exagère la taille et marque les épaules, allonge la silhouette à l’infini. Son oeil de photographe immortalise dans des campagnes devenues cultes son amour pour le gigantisme en architecture : Opéra de Paris, bâtiments de l’ex-URSS, Chrysler Building…
L’infiniment grand et l’infiniment petit se rencontrent dans un habile jeu de contrastes.

Manfred Thierry Mugler voulait créer pour les femmes. Il voulait tout rendre à celles qui lui ont tant donné, l’ont tant inspiré. Des femmes fortes, des femmes fatales, des working women fabuleuses, des séductrices diaboliques. Thierry Mugler a peint mille fois toutes les nuances de la féminité avec sa grammaire riche et personnelle.